KUNG FU   ?      GONG FU   ?   ou     WU SHU ? 

* Le KUNG FU (en cantonnais) ou GONG FU (en mandarin) est le nom donné en OCCIDENT aux boxes chinoises, dont il existe d’innombrables variantes. Le terme signifie en lui-même  « savoir-faire », « objectif atteint », « maîtrise »,« accomplissement »,

Les termes « gong » et « fu » traduits littéralement et séparément ont une tout autre signification que « arts martiaux » chinois. Gong » désigne la « maîtrise », le « perfectionnement », la « possession d’un métier » ou une action en laquelle beaucoup de temps a été consacré. Le terme est à rapprocher d’un point de vue sémantique de la notion d’artisan tel qu’il était usité en Europe au xixe siècle : ce terme désignait l’homme de métier qui par un apprentissage auprès d’un maître acquérait cultures, techniques et savoir-faire. Fu désigne les techniques en tant que contenu, soit l’énergie qui a été investie dans l’action de cette technique. On peut ainsi dire de quelqu’un qu’il possède le gong fu en gastronomie, le gong fu en peinture, le gong fu en musique ou le gong fu en informatique.

Dans la langue française ou anglaise, la transcription du mandarin WUSHU désigne les arts martiaux.

(traditionnel .: 武術, simplifié.: 武术)

       武 (wǔ) :

ce sinogramme ancien (pictogramme) représente le radical ‘stopper’ sous une « hallebarde ». L’idée est celle de l’arme du gardien, le pictogramme a le sens d’un talisman protecteur à l’entrée de la « maison ». Il empêche voleur et démon de pénétrer et de porter atteinte aux biens ou à l’intégrité physique des habitants (agression, maladie). L’idéogramme a pris un sens plus général, il désigne ce qui a trait à la guerre, au combat. L’adjectif français « martial » est une traduction tout à fait appropriée.

      術 ou 术 (shù):

les moyens nécessaires relèvent de l’idéogramme shu, les savoirs-faires, les connaissances multiples (médecine, art du combat, art de la guerre, techniques des armes, diplomatie, etc.). Ici, le terme « art » est à comprendre au sens ancien : celui, l’artisan, qui par un apprentissage long et rigoureux possède un métier.

Dans les langues chinoises, plusieurs termes autres que wushu désignent les arts martiaux de Chine. Notamment 中国功夫

(pinyin: zhōngguó gōngfū) pour désigner les arts martiaux nationaux.

Mais dans la langue française ou les langues chinoises, wushu désigne aussi un sport de combat contemporain, règlementé à partir de 1949 en République populaire de Chine, aussi désigné par « wushu moderne ».

Popularisé dans les années 1970 en occident par films les d’arts martiaux et notamment par un certain Bruce …  

Cette discipline n’est pas seulement perçue comme une boxe, mais aussi comme une philosophie, une manière d’être et de penser, une médecine, une profession. Les différentes techniques de combat et d’esquive sont abordées, mais aussi, le travail sur la respiration, la concentration et la maitrise du mouvement.

Le DA  KUNG FU  WU JIA mérite quelques explication du fait de son antériorité

C’est le style ancien de  kung fu  pratiqués avant le 20ème siècle,

C’est le style qui est resté authentique et qui n’a subi aucune modification, après  l’apparition en Chine des styles modernes (wen jia)  en 1949. Ils se sont répandu discrètement dans le monde à partir de 1950 et  sont antérieurs aux styles traditionnels

La finalité du DA KUNG  FU   WU JIA  est l’autodéfense, l’efficacité martiale est le seul objectif tout comme le WING CHUN.  ce qui exclut  ainsi toutes acrobaties et toutes techniques spectaculaires.

de grands principes généraux des arts martiaux chinois sont ainsi mise en oeuvre:

*long distance : les pieds (tui fa)

*moyenne distance : les poings (quan fa)

*courte distance : les saisies (na) uppercuts (chao quan)

*très courte distance : les projections ( shuai)

*Les spécificités dans l’expression technique du DA KUNG FU  WU JIA

Puissance-vitesse-stabilité-équilibre percussion-détermination-concentration

X